© Misc Webzine

Bref, on a une station d’épuration maintenant !

Si vous me suivez sur Insta, vous n’avez pas pu passer à côté 😉 C’était notre grosse actu la semaine dernière à la Dreamhouse (avec les nouveaux chatons de Rouquemoute bien sûr) : les travaux pour remplacer l’ancienne fosse septique, mais surtout pour mettre en place un système d’épuration des eaux grises, ont eu lieu !

© Misc Webzine

Aucun imprévu de chantier, des ouvriers-artisans qui ont super bien bossé, du remue-ménage certes et un début de vacances un peu difficile avec des réveils aux aurores, mais la joie de savoir que nous ne polluons désormais plus notre petit terrain du bas et, potentiellement, les champs environnants.

Alors oui, ce fut un sacré chantier, avec des vas-et-viens incessants d’énormes engins, du bruit, de la poussière, une partie de notre pré et la quasi totalité de notre jardin derrière la maison retournées, notre vue au réveil un tantinet moins charmante (pourquoi diable se garaient-ils sous nos fenêtres ?!) mais, en 4 jours et quelques visites de contrôle du maitre d’œuvre mandaté par l’administration, c’était fait !

© Misc Webzine
© Misc Webzine
© Misc Webzine

Je le redis ici parce que sur Insta vous étiez nombreux à être surpris-es : quand on achète une vieille maison dans une campagne bien rurale comme la notre :

  • la maison est rarement raccordée au tout-à-l’égout,
  • la plupart du temps, comme pour l’isolation, le chauffage et l’électricité, tout est à refaire coté assainissement,
  • si il est avéré que l’évacuation des eaux grises n’est pas clean, la Loi vous laisse un an pour vous mettre aux normes (idem pour la fosse septique, elle doit être aux dernières normes).

Comme tout cela coûte cher, très cher*, le maire de la commune laisse en général passer quelques années sans vous embêter. Mais tôt ou tard, il faut le faire. Pour la nature, le plus tôt étant le mieux.

© Misc Webzine
© Misc Webzine
© Misc Webzine
© Misc Webzine

Nous avions donc lancé la procédure il y a très longtemps mais, à notre grande surprise, notre Communauté de Communes nous a informé qu’elle subventionnerait une partie des travaux . Cela a donc pris le temps de l’administration française… des années. En même temps, comme c’est la seule et unique aide que nous avons eu pour la maison, nous étions plutôt contents et avons sagement patienté… en vrai, j’ai beaucoup relancé en mode chef de projets cerbère 🙁 Toutes ces années, j’ai souvent été à deux doigts de quitter le programme pour qu’on se lance seuls, sans aides financières, pour que ça aille plus vite !

Au delà de l’aspect écolo, ce chantier conditionnait nos futures toilettes (ainsi que la future salle-de-bains à l’étage). Sans le nouveau système d’assainissement, il nous était impossible de mettre en service nos nouveaux WC. Pour le plaisir des yeux, voici les toilettes que nous avons partagées avec les chats pendant des années… aka “la maison des araignées” !

© Misc Webzine

Aussi affreuses qu’elles puissent vous apparaître, je peux vous dire qu’à l’origine elles étaient pires encore ! Situées dans une sorte de petit appentis, accessible via 2 marches hyper casse-gueule, tapissées d’un lambris marron 100% plastique, agrémentées d’une petite lucarne dans le dos, à hauteur d’homme, qui me faisait grave flipper (on l’a condamnée) et dotées d’une toiture pas isolée (on y a remédié), elles s’étaient aussi retrouvées, suite à nos changements d’affectation des pièces, en plein dans le séjour !

Pour les curieux, vous pouvez les deviner dans ce post et voir, par la même occasion, leur changement d’emplacement dans la maison.

Allez, rendez-vous demain pour découvrir la déco des nouvelles toilettes ! Les anciennes sont maintenant destinées, après travaux, à devenir une sorte d’arrière cuisine qui nous servira à ranger les balais, stocker des réserves et nous permettra d’aménager un petit coin d’aisance plus confortable pour nos poilus 😉

© Misc Webzine

* 10k est un budget minimum m’ont confirmé les professionnels qui sont intervenus chez nous. Les facteurs à prendre en compte sont nombreux : résidence principale ou secondaire, nombre d’occupants, complexité du terrain…